Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch
Delémont.ch


Delémont.ch

Le Tonton


  

 

Par Manuel MONTAVON


Michel Breton, dit «Tonton», est bien un Delémontain pur souche. Rien à voir donc avec les habitants du département français ou les héros de la BD Astérix. «Mon surnom vient bien évidemment de mon nom de famille. A l’école déjà, les copains m’appelaient Tonton, mais ça ne me dérangeait pas, au contraire j’aimais bien. Depuis, ce surnom m’est resté et mes copains m’appellent toujours ainsi. D’ailleurs on dit aussi «les Tontons» en parlant de la famille et j’ai même choisi ce diminutif comme nom de scène».


En effet, pour les plus noctambules et amateurs de musique delémontains, disons d’une certaine époque, «Tonton» est loin d’un inconnu puisqu’il a longtemps fait tourner les platines du Sigma sous le pseudonyme de DJ Tonton dans les années 70, du temps de Charly Jeannotat. Et, durant 13 ans, il fut aussi le DJ de la Couronne à Carnaval, «un passage obligé de la fête», note-t-il.


En parallèle à son métier de contrôleur technique dans une entreprise d’exportation de décolletage, ce féru de musique – et qui s’essaie depuis peu au chant – a aussi animé durant près de 20 ans de nombreux anniversaires ou mariages aux sons du disco et des tubes des années 80. «A côté, j’aime aussi passer du rock des années 70 que j’apprécie, comme Led Zeppelin ou les Rolling Stones».


Aujourd’hui, «Tonton» a quelque peu mis sa «carrière» de DJ en parenthèse. «Officiellement j’ai arrêté, mais j’anime encore quelques soirées, comme le dernier gala des SRD par exemple», explique ce papa de deux grands enfants (Christophe et Fiona) et d’une petite Nina. «Cette aventure m’a aussi permis de faire la connaissance de nombreuses personnes dans des milieux que je ne pensais pas côtoyer», ajoute-t-il.


Notons enfin que «Tonton» a en quelque sorte fait un émule puisque son neveu Gaetan a choisi Breton comme nom d’artiste...


Heureux hasard, «Tonton» a uni sa destinée le weekend dernier avec celle de sa compagne Sonia, avec qui il partage sa vie depuis 15 ans. Et au vu de la météo, leur mariage ne pourra qu’être heureux! Pour l’anecdote, précisons encore que la petite Nina gardera comme sa maman le nom de Marquis: «Breton, c’est un nom de garçon», a-t-elle en effet expliqué à ses parents.


On en profite pour leur souhaiter tous nos vœux de bonheur!

N°222 - MAI

Surnoms, pseudos et sobriquets